Navigation

Message

L’apprentissage tout au long de la vie, un défi pour les banques

Bâle, 18 Juin 2012 L’Association suisse des banquiers (ASB) publie désormais également des informations sur le thème de l’apprentissage tout au long de la vie sur son site Internet www.swissbanking-future.ch. Jusqu’alors limitée à des remarques et des informations sur la formation de base et la formation continue, l’offre est considérablement étoffée par la publication de ces nouveaux contenus.

Le site Internet www.swissbanking-future.ch s’adresse aux collaborateurs, aux responsables des ressources humaines et au management des banques. Il comporte entre autres des recommandations pour les employés, des listes de contrôle pour les employeurs ainsi qu’une série de mesures pour la promotion de l’apprentissage tout au long de la vie.

L’apprentissage tout au long de la vie est un domaine que les banques se doivent de développer. Le secteur bancaire évolue rapidement et exige un savoir-faire étendu. Les collaborateurs ont donc l’obligation de maintenir leurs connaissances à jour. La compétitivité du secteur bancaire repose en premier lieu sur les compétences, l’expérience, les aptitudes et le savoir de ses employés. Des collaborateurs expérimentés sont essentiels et précieux pour les banques, leurs clients et les affaires. Les établissements bancaires ont besoin de collaborateurs favorablement disposés à l’égard de la formation continue et aptes à acquérir de nouvelles connaissances.

A ce propos, Patrick Odier, Président de l’ASB, déclare: «L’apprentissage tout au long de la vie est à la fois un devoir et une nécessité pour le banquier qui entend accomplir son travail avec efficacité et fournir des prestations du niveau qualitatif escompté. L’employeur, c’est-àdire la banque, se trouve ainsi dans l’obligation de proposer des possibilités correspondantes tout au long de la carrière professionnelle.»

L’apprentissage tout au long de la vie est pertinent et enrichissant. Sa mise en oeuvre pratique repose sur trois piliers:

  • Les connaissances existantes des collaborateurs expérimentés doivent être «sollicitées» et enrichies.
  • Les collaborateurs vieillissants apprennent différemment, mais avec autant de succès. Les offres de formation doivent être adaptées à leurs besoins.
  • L’apprentissage tout au long de la vie doit se justifier économiquement et être organisé de manière rentable.