Navigation

Message
Test de compatibilité climatique de l’OFEV: la place financière sur les rails vers plus de durabilité

Test de compatibilité climatique de l’OFEV: la place financière sur les rails vers plus de durabilité

L’Association suisse des banquiers (ASB) a recommandé à ses membres de participer au test de compatibilité climatique PACTA 2020 organisé par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV). Cette recommandation ayant été suivie, la participation a été forte et a permis de présenter aujourd’hui des résultats représentatifs quant à l’évolution du secteur financier en matière climatique.

L’ASB adhère pleinement à l’Accord de Paris sur le climat. La place financière suisse privilégie de plus en plus les flux financiers en faveur de la transition vers une économie plus durable. «Nous nous sommes fixé pour objectif d’être un pôle international de premier plan en matière de finance durable», affirme Jörg Gasser, CEO de l’ASB.

Les tests de compatibilité climatique, rappelle-t-il, permettent aux banques, aux gestionnaires de fortune, aux entreprises d’assurance et aux caisses de pension de vérifier dans quelle mesure leurs portefeuilles de placements sont conformes aux objectifs de l’Accord de Paris sur le climat, c’est-à-dire leur alignement sur un réchauffement de la planète de moins de deux degrés Celsius.

«Pour réussir à progresser encore, la transparence sur ces flux financiers est fondamentale», ajoute Jörg Gasser. «Nous avons recommandé à nos membres de participer au test de compatibilité climatique de l’OFEV. Je me réjouis de cette participation active et représentative. Cela n’a pas été une décision facile à prendre car, comme on pouvait s’y attendre, nous sommes encore loin du but que nous devons et voulons atteindre.

Ce résultat ne reflète pas seulement la situation actuelle du secteur financier, dans une place financière globale comme la Suisse, mais également les mesures prises dans l'économie réelle au niveau mondial. En tant qu'intermédiaires financiers, les banques ont un important levier afin d’orienter les flux financiers vers des objectifs de durabilité. Dans le même temps, les banques sont dépendantes des initiatives et de la transparence de leurs clients. Il s’agit à présent de procéder tous ensemble – banques, économie réelle, consommateurs, autorités, associations – aux améliorations qui s’imposent. Par les flux financiers, les investisseurs financent une économie réelle qui s’inscrit dans des conditions-cadres politiques et sociales. C’est pourquoi des changements ne seront possibles que par un effort commun et coordonné à tous les niveaux du système.»

L’analyse du dernier test de compatibilité climatique livre des conclusions nécessaires et constitue ainsi une base solide pour définir les mesures à prendre, coordonner ces mesures et permettre ainsi de progresser sans relâche.

Le test de compatibilité climatique de l’OFEV est disponible ICI.