Navigation

Message
RegTech

RegTech

Derrière ce néologisme, RegTech (Regulatory Technology), se cache un énorme potentiel de solutions innovantes pour la numérisation du domaine réglementaire. Le secteur financier étant fortement réglementé, les banques et autres prestataires sont soumis à des exigences réglemen-taires croissantes, avec les coûts que cela implique en matière de gestion des risques et de com-pliance. Ces coûts sont imputables en grande partie à deux problématiques: «gestion du numéraire et dispositions sur le blanchiment d’argent» d’une part, «clients étrangers et conformité fiscale» d’autre part. Conclusion: généraliser la RegTech permettrait d’améliorer la surveillance et la compliance, et ce à un coût nettement moindre.

Une efficacité accrue et une compliance de meilleure qualité

On entend par «RegTech» un ensemble d’outils technologiques utilisés pour organiser plus efficacement la compliance au sein des établissements financiers. Ces outils analysent et gèrent les situations simples et récurrentes de manière entièrement numérique. Cela facilite notablement le travail des services Droit et compliance, de sorte que les experts internes en la matière peuvent se concentrer sur des sujets plus complexes. Outre le potentiel, il convient en effet d’augmenter l’efficience en interne. Par ailleurs, la RegTech permet d’améliorer la qualité de la compliance grâce à des analyses intelligentes en temps réel et à un moindre taux d’erreur. S’y ajoute une coopération plus efficace avec les autorités de surveillance.

Un vaste domaine d’utilisation

L’applicabilité des règles existantes et nouvelles doit obligatoirement être vérifiée à l’aide de technologies de pointe. La RegTech peut être utilisée notamment dans les domaines de la gestion des risques, du reporting réglementaire, de l’identification des clients et de la lutte contre le blanchiment d’argent, ainsi qu’en matière de gouvernance d’entreprise au sens large.

La position de l’Association suisse des banquiers

Les solutions RegTech permettent une mise en œuvre efficace des prescriptions réglementaires et contribuent ainsi notablement à rendre la place financière suisse plus compétitive. Les améliorations résultant du recours à des outils technologiques ne doivent toutefois pas être annulées par des renforcements concomitants de la réglementation. Bien au contraire: il convient de concevoir la réglementation de telle sorte que la compliance soit facile à numériser, pour les banques comme pour l’autorité de surveillance. C’est le seul moyen d’aboutir à une réglementation numérique utile pour tous.