SwissBanking
Le magazine en ligne de l’Association suisse des banquiers
13 Décembre 2019

Navigation

Message
L’Association suisse des banquiers (ASB) ouvre la porte au cloud

L’Association suisse des banquiers (ASB) ouvre la porte au cloud

Les banques en Suisse déploient des efforts considérables pour se préparer au cloud. Elles sont bien conscientes qu’il ne s’agit plus de savoir si elles migreront leurs données vers le cloud, mais quand. La raison? Elle est simple: le cloud est un facteur critique de succès pour l’économie suisse dans son ensemble et pour le secteur financier en particulier.

Les prestations de cloud computing favorisent le développement de modèles d’affaires innovants, et ce de manière aussi agile que performante en termes de coûts. Grâce à elles, les banques n’ont plus à investir autant dans des infrastructures informatiques onéreuses – tout en bénéficiant de la vitesse de calcul du matériel haute performance que les prestataires spécialisés mettent à leur disposition. Ces solutions sont particulièrement appréciables pour les petits établissements. Ainsi, le cloud contribue de manière non négligeable à préserver aujourd’hui comme demain la diversité de la place bancaire suisse.

Priorité à la sécurité

Pour autant, au sein des banques, l’heure n’est pas encore à une migration généralisée vers le cloud. Il y a des hésitations, dues aux incertitudes qui demeurent sur certains aspects légaux et réglementaires. Y remédier est pour l’ASB un objectif affiché depuis deux ans déjà.

Le Guide «Cloud» de l’ASB, publié en mars dernier, a donné un coup d’accélérateur. Les recommandations non contraignantes qu’il formule quant à l’interprétation du dispositif légal et réglementaire en vigueur ont suscité un écho considérable. Certains prestataires de cloud com-puting les ont intégrées dans leur concept commercial et des entreprises de conseil s’en servent comme lignes directrices. On en discute même à l’étranger.

Ce succès s’explique par l’approche large qui a présidé à l’élaboration du Guide, mais aussi par la flexibilité et le pragmatisme des interprétations qu’il propose.

Succès pour le séminaire Cloud

WhatsApp Image 2019-11-12 at 11.23.23.jpeg
Banking goes to the cloud

Parmi les travaux de l’ASB consacrés au cloud, le séminaire «Banking goes cloud» organisé à la mi-novembre, et qui a réuni quelque 150 spécialistes, est à marquer d’une pierre blanche. L’ob-jectif de cette manifestation était d’expliquer en quoi le cloud est important pour les banques, mais aussi d’accélérer la migration sécurisée vers le cloud par l’échange d’informations et la dis-cussion sur les solutions possibles. On a entendu s’exprimer à la fois des experts et des partici-pants préoccupés par les difficultés de mise en œuvre au quotidien.

Si les innovations numériques dans le domaine financier donnent lieu à une véritable marée d’événements qui leur sont consacrés et se font concurrence, tel n’est pas le cas du cloud. Réu-nir des représentants des banques et des autorités, des prestataires de cloud computing, des ju-ristes, des spécialistes de l’informatique et des consultants était une première qui a connu un franc succès.

Des informations éclairantes

Comme on pouvait s’y attendre, les deux sujets phares ont été, d’une part, les inquiétudes liées à l’accès des autorités étrangères aux données des clients stockées sur le cloud (voir encadré) et, d’autre part, le secret bancaire. Ce qui ressort principalement des différentes interventions, c’est que des mesures spécifiques permettent de réduire ces risques à un point tel que l’absence de migration apparaît coûteuse en comparaison. Aussi est-il probable que ces prochaines années, la plupart des banques migreront leurs données vers le cloud, y compris les données des clients.

Clarifications incombant aux autorités suisses quant à un Executive Agreement avec les Etats-Unis (CLOUD Act américain)

Les flux de données transfrontaliers ne cessent de s’intensifier. Les enquêtes pénales s’appuient de plus en plus sur des preuves électroniques non accessibles au public et détenues par des en-treprises à l’étranger. Faciliter l’accès transfrontalier aux moyens de preuve électroniques est un nouveau besoin juridique qui fait débat y compris en Suisse.

A cet effet, les Etats-Unis ont conclu pour la première fois un accord bilatéral sur la base du CLOUD Act américain. Cet accord a été signé début octobre avec la Grande-Bretagne. La Suisse envisage elle aussi un tel accord avec les Etats-Unis.

L’ASB soutient les clarifications préalables en vue de négocier un Executive Agreement avec les Etats-Unis, mais à condition que les exigences de la Suisse quant à cet accord assurent une pro-tection appropriée des citoyennes et des citoyens ainsi que des institutions.

Aussi a-t-elle défini dans une prise de position les exigences minimales à respecter dans le cadre des enquêtes internationales et de la communication de données. Pour l’heure, ces exigences minimales sont les suivantes:

  • stricte limitation du cercle des destinataires potentiels ainsi que des personnes physiques et morales, des données et des infractions concernées;
  • garantie des droits des personnes concernées ainsi que de la protection des données et de la protection juridique;
  • protection du secret bancaire.