SwissBanking
Le magazine en ligne de l’Association suisse des banquiers
2016/12/14 01:00:00 GMT+1

Navigation

Message
«Je regarde l’avenir avec optimisme»

«Je regarde l’avenir avec optimisme»

Il y a tout juste une année, l’Association suisse des banquiers (ASB) amorçait sa réorganisation. Claude-Alain Margelisch, CEO, a accordé un entretien à insight où il dresse un bilan et évoque les perspectives pour 2017.

Foto Claude-Alain Margelisch
Claude-Alain Margelisch, CEO de l'ASB

insight: Monsieur Margelisch, l’année 2016 touche à sa fin, qu’en retenez-vous?

Claude-Alain Margelisch: 2016 restera dans les mémoires comme une année de grands changements. La deuxième économie de l’Union européenne a opté pour le Brexit et décidé de prendre seule son avenir en main. Une des plus anciennes démocraties de la planète, qui est aussi la première puissance économique au monde, a élu quant à elle un président dont on a du mal à percer les intentions. Ce ne sont là que deux exemples concernant l’économie et le secteur financier. A mon sens, 2016 a été une année de fortes incertitudes.

Parlons à présent de la place financière. Quels ont été à vos yeux les temps forts de l’année 2016?

Dans deux domaines, notre engagement a été particulièrement fructueux pour l’avenir. Premièrement, grâce à un travail acharné, nous sommes sur la dernière ligne droite en ce qui concerne la LSFin et la LEFin. C’est le seul moyen de préserver nos perspectives de croissance à l’international et de créer des emplois et de la prospérité en Suisse. Deuxièmement, les conditions-cadres pour Fintech se sont nettement améliorées dans notre pays et nous y avons amplement contribué. De nombreuses banques suisses coopèrent avec des start-up pour développer leurs solutions numériques. Au plan international, nous avons coorganisé fin novembre à Genève la troisième Chinese-Swiss Roundtable, qui a remporté un franc succès. Ces exemples montrent que le travail opiniâtre de notre Association porte ses fruits.

L’ASB a amorcé un repositionnement en 2016. Quel est votre bilan au bout d’un an?

C’est un bilan positif. Les quatre Comités directeurs se sont attelés à la tâche avec beaucoup d’enthousiasme et en y consacrant un temps considérable. Cela n’allait pas de soi, car leurs membres ont leur lot de défis à relever au sein de leurs banques respectives! Je me réjouis en tout cas de voir bientôt les premiers résultats de leur travail. Je tiens aussi à remercier tout particulièrement les collaboratrices et les collaborateurs du Secrétariat, qui ont accompagné la nouvelle structure avec un engagement sans faille tant sur le plan du contenu que sur celui de l’organisation: la transition s’est effectuée sans la moindre anicroche.

En quoi l’ASB doit-elle encore progresser?

Les Comités directeurs ne manquent ni de projets, ni d’idées, mais il reste à mieux les coordonner. Il faut aussi améliorer encore la coopération entre le Conseil d’administration, les Comités directeurs, les Commissions spécialisées et le Secrétariat.

Et en 2017, quels seront les dossiers phares?

Force a été de constater par le passé, hélas, que ce n’est pas l’ASB qui fixe l’agenda. Je suis donc extrêmement prudent dès qu’il s’agit de faire des prédictions, mais je citerai néanmoins trois dossiers. En premier lieu, nous allons veiller à une mise en œuvre scrupuleuse de l’EAR. En deuxième lieu, nous continuerons à œuvrer pour un accès non discriminatoire aux différents marchés de l’UE. En troisième lieu enfin, je prends le Conseiller fédéral Ueli Maurer au mot et me réjouis de faire avec lui la promotion de SwissBanking à l’étranger.

Quel message souhaitez-vous transmettre à la place financière et à nos membres?

L’activité bancaire va devenir plus exigeante encore. La réglementation, le développement du numérique et les incertitudes géopolitiques impactent durablement les modèles d’affaires. C’est la réalité. Nous devons nous en accommoder. Cette réalité recèle-t-elle des risques, des opportunités? Rien n’est gravé dans le marbre. C’est à nous d’écrire notre avenir, sans nous le laisser dicter par quiconque! Pour ma part, je considère que les changements sont autant d’opportunités et je regarde donc l’avenir avec optimisme.