SwissBanking
Le magazine en ligne de l’Association suisse des banquiers
01 Octobre 2020

Navigation

Message
Chères lectrices, chers lecteurs,

Chères lectrices, chers lecteurs,

La crise du coronavirus en a apporté une nouvelle fois la preuve: nos banques sont un pilier solide du système économique. Par leur contribution essentielle et active à la création et au déploiement du programme de crédits aux PME, les établissements bancaires suisses ont montré qu’ils restaient aux côtés de leurs clients même dans les périodes difficiles.
Herbert J. Scheidt
par Herbert J. Scheidt, Président

Grâce à ce programme, plus de 136 000 entreprises suisses ont bénéficié d’une aide financière immédiate, les banques leur fournissant un accès rapide et non bureaucratique à des liquidités. Les banques continueront d’ailleurs à assumer leurs responsabilités dans les mois et années à venir, puisque l’Association suisse des banquiers (ASB) a formulé – en collaboration avec ses membres – des recommandations pour éviter autant que possible les insolvabilités d’entreprises liées à la crise sanitaire, comme le décrit cet article.

Le Baromètre bancaire 2020 montre lui aussi le rôle central du Corporate Banking pour les entreprises suisses: en 2019, l’encours de crédits octroyés par les banques de notre pays à des entreprises en Suisse et à l’étranger a atteint CHF 607 milliards. Plus de la moitié de cette somme est allée à de très petites entreprises, autrement dit des structures comptant tout au plus neuf collaborateurs. Durant la dernière décennie, la croissance du volume des crédits aux entreprises a été environ 3,5 fois plus rapide que celle de l’économie suisse. Ce chiffre souligne l’importance que revêt ce type de financement, thème qu’évoque également notre article sur la clientèle entreprises.

Toutefois, en tant qu’Association suisse des banquiers, nous estimons que la Suisse a encore un certain retard à rattraper: ainsi, une solution est attendue depuis longtemps concernant l’impôt anticipé. Comparé à d’autres places financières importantes comme celles de la Grande-Bretagne, des Etats-Unis, de Singapour ou de Hong Kong, le marché suisse des produits de placement est malheureusement sous-développé. De nombreux produits ne sont pas émis en Suisse, mais à l’étranger, où aucun impôt anticipé n’est dû. Les entreprises suisses procèdent ainsi pour rester compétitives. La plupart des investisseurs pourraient demander le remboursement de l’impôt anticipé suisse, mais c’est un processus long et fastidieux.

L’ASB soutient donc une réforme de l’impôt anticipé qui rendrait le marché des capitaux plus attrayant. La procédure de consultation étant à présent achevée, la balle est dans le camp du Conseil fédéral, qui est en train d’élaborer le projet en vue d’une solution avisée. L’article sur l’impôt anticipé vous en dira plus à ce propos.

Je vous souhaite une agréable lecture.

Add comment

L’ASB se réserve le droit de ne pas publier certains commentaires, notamment ceux à caractère diffamatoire, subjectifs, qui n’ont pas de rapport avec le thème concerné, ou qui sont rédigés en dialecte ou en langues étrangères (sauf les langues française, anglaise, et italienne, qui sont également autorisées). Les commentaires rédigés avec des pseudonymes fantaisistes ou de faux noms ne seront pas non plus publiés.

L’ASB se réserve le droit de ne pas publier certains commentaires, notamment ceux à caractère diffamatoire, subjectifs, qui n’ont pas de rapport avec le thème concerné, ou qui sont rédigés en dialecte ou en langues étrangères (sauf les langues française, anglaise, et italienne, qui sont également autorisées). Les commentaires rédigés avec des pseudonymes fantaisistes ou de faux noms ne seront pas non plus publiés. Comments are moderated.