SwissBanking
Le magazine en ligne de l’Association suisse des banquiers
26 Septembre 2019

Navigation

Message
Asset Management Study 2019 – Placements durables et spécialisation des produits en tant qu'opportunités

Asset Management Study 2019 – Placements durables et spécialisation des produits en tant qu'opportunités

L’Institut des services financiers de Zoug (IFZ), qui fait partie de la Haute École de Lucerne, et l’Asset Management Platform Switzerland ont publié la seconde édition de l’IFZ/AMP Asset Management Study, qui fournit un aperçu global de l’Asset Management en Suisse. Cette étude révèle que les actifs sous gestion dans ce secteur se montent à CHF 2161 milliards et que le contexte est positif en comparaison internationale. La réglementation constitue le défi le plus impérieux tandis que la spécialisation et les placements durables sont identifiés comme des opportunités par les sociétés d’Asset Management basées en Suisse.

La Suisse est une importante plateforme d’Asset Management, et cette activité est, elle aussi, importante pour l’économie.

La Suisse offre des conditions favorables au développement des sociétés d’Asset Management. Un contexte politique/légal stable et fiable ainsi qu’un système éducatif solide avec une main-d’œuvre hautement qualifiée sont particulièrement identifiés comme des facteurs clés de succès. En termes de taille de marché, le volume total d’actifs sous gestion auprès des banques, des directions de fonds, des courtiers en valeurs ainsi que des asset managers supervisés par la FINMA se montait fin 2018 à CHF 2161 milliards en Suisse, soit environ trois fois le PIB de la Suisse et deux fois le montant des actifs détenus par les régimes de pension suisse. En d’autres termes, il s’agit là des actifs gérés par des sociétés d’Asset Management en Suisse pour des clients suisses et étrangers. CHF 1243 milliards étaient détenus par des organismes de placement collectif et CHF 918 milliards étaient sous mandats institutionnels. Le chiffre total représente une légère baisse de 2% sur un an, ce qui peut majoritairement s’expliquer par la forte chute globale des cours boursiers survenue au dernier trimestre 2018.

Grafik_1_FR.png
Actifs sous gestion en Suisse (en milliards de CHF)

Nos estimations indiquent par ailleurs qu’environ 9900 emplois (croissance de 3% en un an) dépendent directement de l’industrie de l’Asset Management en Suisse, tandis qu’environ 45 600 personnes sont indirectement employées par cette même industrie dans une perspective plus large.

« L’Asset Management contribue pour une large part à la croissance et à la réputation du centre financier qu’est la Suisse. La Suisse est l’une des plateformes d’Asset Management les plus grandes et les plus dynamiques d’Europe. Les sociétés d’Asset Management basées en Suisse jouent un rôle financier important en injectant l’épargne dans l’économie réelle. En faisant cela, elles créent des emplois et renforcent l’économie », déclare Lorenz Arnet, CEO d’Asset Management Platform Switzerland.

La réglementation constitue le défi le plus impérieux tandis que la spécialisation et les placements durables sont considérés comme des opportunités par l’industrie suisse de l’Asset Management.

Les auteurs de l’étude ont réalisé une analyse des sentiments (opinion mining) des asset managers basés en Suisse. Dans ce contexte, l’analyse a révélé que la réglementation était perçue comme le défi le plus impérieux. Environ 70% des personnes interrogées pensent en effet qu’il existe un déséquilibre entre les coûts réglementaires et les avantages réglementaires et la majorité des sociétés d’Asset Management sous surveillance considère que les coûts réglementaires sont trop élevés. En Suisse, les asset managers voient un potentiel d’amélioration réglementaire avec la suppression du droit de timbre et la réduction de l’impôt anticipé. La spécialisation dans des produits spécifiques et les placements durables constituent pour eux les meilleures opportunités tandis que les placements passifs sont des opportunités de moindre importance.

Grafik_2_FR.png
Opportunités identifiées par les sociétés d’Asset Management basées en Suisse

« Pour bénéficier d’un avantage concurrentiel dans l’industrie de l’Asset Management, il est important de choisir un modèle d’affaires focalisé soit sur la domination par les coûts, soit sur la spécialisation dans des produits spécifiques. Les résultats de notre étude prouvent à l’évidence que les asset managers basés en Suisse ont tendance à cibler la spécialisation, avec des compétences clés clairement définies », déclare Jürg Fausch, économiste et coauteur de l’étude de la Haute École de Lucerne.

La gestion active prédomine dans le modèle d’affaires et dans l’allocation d’actifs des sociétés d’Asset Management basées en Suisse.

Environ 70% des actifs gérés en Suisse bénéficient d’une gestion active et 30% d’une gestion passive. Parmi les mandats discrétionnaires, environ deux tiers des actifs bénéficient d’une gestion active et pour les organismes de gestion collective, environ 80% des actifs bénéficient d’une gestion avec une approche active. Ces chiffres corroborent les résultats de l’analyse des sentiments, à savoir que les asset managers basés en Suisse se concentrent sur des produits spécifiques gérés activement afin d’instaurer un avantage concurrentiel. Par ailleurs, les asset managers en Suisse sont fortement exposés aux catégories d’actifs alternatives, qui suivent très souvent des stratégies de gestion de portefeuille actives.