SwissBanking
Le magazine en ligne de l’Association suisse des banquiers
24 Septembre 2014

Navigation

Message
Journée des banquiers 2014 à Lucerne

Journée des banquiers 2014 à Lucerne

C'est au Centre Culture et Congrès de Lucerne, où les dernières notes du Festival de musique classique venaient de s'éteindre, que s’est tenue le 16 septembre la Journée des banquiers. Quelque 320 personnalités issues des milieux politiques, économiques, diplomatiques et bancaires ont assisté aux allocutions du Président de l'ASB, Patrick Odier, ainsi que de la Conseillère fédérale Doris Leuthard.

Patrick Odier s´est réjoui en introduction «d´être accueilli une nouvelle fois à Lucerne, la petite ville la plus internationale au monde». Dans le cadre de la partie officielle de l´Assemblée générale, cinq nouveaux membres du Conseil d´administration ont été élus: Stefano Coduri, CEO de BSI SA, Jürg Gutzwiller, CEO et délégué au Conseil
d´administration de RBA Holding SA, Roland Ledergerber, CEO de la Banque cantonale de St-Gall, Urs Rohner, Président du Conseil d´administration de Credit Suisse Group SA et Axel A. Weber, Président du Conseil d´administration d’UBS SA.

Patrick Odier a centré son allocution sur deux thèmes majeurs: la compétitivité et la cohésion, «deux objectifs que nous ne pouvons atteindre seuls», a-t-il précisé, de sorte que la Journée des banquiers était «l´occasion idéale d´en parler». Il a souligné deux conditions préalables au maintien de notre compétitivité: «premièrement, l´accès au marché, qui nous permet d´exporter nos services et nos produits, et deuxièmement, nos propres conditions-cadres en Suisse».

Selon Patrick Odier, il est évident que le secteur bancaire doit faire preuve de cohésion, «car notre avis ne pourra jamais être aussi bien entendu que s´il s´exprime d’une seule voix». Mais cette même cohésion doit aussi régner entre gouvernement, régulateurs et secteur privé.

Bankiertag_2014_8035_insight.jpg
La Conseillère fédérale Doris Leuthard a souligné quant à elle l´énorme importance de la place financière pour notre pays. «Pour le Conseil fédéral, il est important que la place financière suisse reste à l´ avenir l´une des principales et des meilleures places financières du monde», a-t-elle déclaré, avant de préciser les moyens pour y parvenir: «Cet objectif est réalisable si les banques continuent de faire leurs devoirs, si les milieux politiques et les autorités tirent les bons enseignements de la crise financière et font preuve de modération dans l´application de la réglementation, si, au lieu de reprendre après coup les normes internationales, la Suisse participe proactivement à leur élaboration, et si nous prêtons toute l´attention nécessaire aux facteurs économiques qui font la force de notre pays, en particulier la stabilité économique et politique, la sécurité du droit et la solidité de la monnaie suisse.»

L´importance de la formation a également été évoquée et, pour preuve que l´ASB ne prend pas la question à la légère, on a distingué pour la première fois à Lucerne les nouveaux titulaires d´un CFC Banque ayant obtenu les meilleures notes.

«Les échanges informels sont extrêmement importants dans cette période agitée», a dit un banquier en sortant. «Rien que pour cela, ça valait la peine de venir à Lucerne.»