Navigation

Message
Les banques, catalyseurs de l’emploi
2018/11/21 08:10:00 GMT+1

Les banques, catalyseurs de l’emploi

L’Association suisse des banquiers (ASB) et l’Association Suisse d’Assurances (ASA) font réaliser chaque année une étude sur l’importance économique du secteur financier dans notre pays. Les résultats de ce travail, publiés traditionnellement quelques semaines avant Noël, ont en 2018 un petit air de fête: non seulement les établissements financiers ont contribué à hauteur d’environ CHF 60 milliards, soit 9,2%, à la performance économique de la Suisse en 2017, mais ils ont aussi créé de la valeur et des emplois dans d’autres secteurs d’activité.

L’étude souligne un chiffre particulièrement réjouissant: celui de la croissance du secteur bancaire, qui s’est établi à 2,1% en 2017. Après une période de stagnation due à l’externalisation croissante, le secteur bancaire a renoué avec la croissance grâce à une hausse de la production interne comme de la consommation intermédiaire. Les secteurs non bancaires qui fournissent des produits et services aux banques ont donc aussi profité de cette embellie.

La demande accrue de prestations intermédiaires résulte au premier chef des investissements dans l’innovation numérique, qui permettront aux banques de préserver leur compétitivité à long terme. Mais des facteurs exceptionnels liés à la réglementation y ont contribué également, comme le transfert de prestations de la maison mère d’une grande banque à une société de services du groupe.

Des créations d’emplois dans tous les secteurs économiques

Le rebond de la consommation intermédiaire dans le secteur bancaire a fait miracle sur le front de l’emploi. Le nombre des emplois à plein temps générés par les banques dans d’autres secteurs économiques s’est établi à près de 172 000, en hausse de 3,2% en 2017 par rapport à 2016. En chiffres nets, cela correspond à 25 nouveaux postes par jour ouvrable dans d’autres secteurs de l’économie suisse: les banques sont ainsi bel et bien un catalyseur de l’emploi.

Malgré ces transferts vers des secteurs extérieurs au secteur bancaire, ce dernier affiche sur les deux dernières décennies une croissance de l’emploi de 15%, note Polynomics, qui a réalisé l’étude. Compte tenu de la mutation structurelle liée à la technologie, il faut s’attendre toutefois à ce que tel ne soit plus le cas à l’avenir. Les analysent prévoient à court et moyen terme un léger tassement annuel de l’emploi dans les banques, de l’ordre de quelques décimales.

Les prestations alternatives ainsi que l’optimisation des processus induite par le progrès technique ont tendance à peser sur la demande d’emplois au sein du secteur bancaire. La mise en place de nouveaux modèles coopératifs s’accélère entre les établissements financiers établis et d’autres acteurs économiques – en d’autres termes, les banques sont appelées à créer moins d’emplois dans leur propre secteur que dans d’autres. Mais il est certain qu’elles continueront à jouer le rôle de catalyseurs de l’emploi à l’avenir.

Des perspectives d’avenir meilleures que prévu

Même s’ils prévoient un recul de l’emploi, les auteurs de l’étude considèrent que les perspectives de croissance sont bonnes. A court terme, le taux de croissance devrait même franchir allègrement la barre des 3%.

De surcroît, ce chiffre sous-évalue sans doute nettement l’importance réelle de la fourniture de prestations bancaires. Statistiquement, le transfert croissant de prestations vers les domaines virtuels n’est en effet guère pris en compte dans le PIB. Nous devons nous fixer pour objectif d’améliorer les indicateurs, de sorte que les statistiques intègrent enfin correctement l’augmentation de la productivité du travail.

Ajouter un commentaire

L’ASB se réserve le droit de ne pas publier certains commentaires, notamment ceux à caractère diffamatoire, subjectifs, qui n’ont pas de rapport avec le thème concerné, ou qui sont rédigés en dialecte ou en langues étrangères (sauf les langues française, anglaise, et italienne, qui sont également autorisées). Les commentaires rédigés avec des pseudonymes fantaisistes ou de faux noms ne seront pas non plus publiés.

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.