Navigation

Message

«Le secteur bancaire en pleine mutation – Perspectives d’avenir pour les banques en Suisse»

Bâle, 2011/09/12 00:00:00 GMT+2 Dans une étude réalisée conjointement, l’Association suisse des banquiers (ASB) et The Boston Consulting Group (BCG) ont examiné les perspectives d’avenir des banques en Suisse. Les revenus des banques pourraient augmenter de plus 10 milliards de CHF d’ici à 2015.

Face aux profondes mutations qui touchent le secteur de la finance à l’échelle mondiale, cette étude doit permettre d’identifier les domaines d’activité qui offriront des perspectives particulièrement intéressantes à l’avenir. Il en résulte ainsi, pour les banques, des champs d’action potentiels à prendre en considération dans le cadre de la planification stratégique. Claude-Alain Margelisch, CEO de l’ASB, souligne l’importance de l’étude: «L’économie mondiale change à une vitesse étourdissante, les banques sont soumises à de nouvelles exigences réglementaires et les marchés financiers asiatiques se développent avec un grand dynamisme. Cette étude, qui comprend un état des lieux et une analyse détaillée des principaux domaines d’activité, fournit aux banques des prévisions fiables quant à l’évolution future de leurs affaires. L’étude suscite un certain optimisme, car elle montre que la place bancaire suisse, malgré tous les défis qu’elle doit relever, a des perspectives d’avenir favorables.»

Les banques suisses ont réalisé 6,7% du produit intérieur brut en 2010. Elles constituent ainsi l’un des principaux secteurs économiques de Suisse. Avec 25,4 milliards de CHF, le Private Banking apporte la plus forte contribution aux revenus globaux de 58,6 milliards de CHF. L’étude, dont les résultats sont fondés sur un modèle éprouvé de BCG, considère que d’ici à 2015, les revenus augmenteront, pour les cinq domaines d’activité analysés (Private Banking, Clientèle privée, Clientèle Entreprises, Asset Management et Investment Banking) de 5,3 milliards de CHF à 64 milliards de CHF au total. Le rythme de croissance du secteur bancaire sera ainsi probablement aussi rapide que celui de l’économie suisse. Si les banques misent sur les domaines d’activité adéquats, elles pourront réaliser des revenus supplémentaires de 4,8 milliards de CHF. La progression du Private Banking sur les marchés émergents et l’élargissement du financement du négoce de matières premières (Commodity Trade Finance) ont ainsi été identifiés comme des domaines d’activité porteurs à l’avenir. En outre, il conviendra à l’avenir de se concentrer encore davantage sur l’objectif de faire de la Suisse le leader en matière d’Asset Management.

Des clients plus sensibles aux prix ainsi que de nouveaux modèles d’affaires exerceront toutefois une pression accrue sur les marges brutes. En outre, les coûts augmenteront pour les banques, soumises à des exigences réglementaires plus élevées et devant en permanence améliorer la qualité de leurs produits et services. A cela s’ajoutent des incertitudes politiques, économiques et réglementaires. La réglementation des marchés financiers pose elle aussi des défis de taille, que la Suisse affronte en prenant des mesures rapides et pragmatiques, comme pour la problématique du «Too big to fail» par exemple. Il est impératif pour l’avenir du marché financier de se focaliser également sur les aspects de politique concurrentielle, car des conditions-cadres stables et appropriées ainsi que des évolutions prévisibles en termes de réglementation constituent des conditions indispensables pour la prospérité du secteur bancaire. Des désavantages en termes de compétitivité tels qu’un accès limité aux marchés étrangers peuvent aussi freiner la croissance. Le droit de timbre, dont l’ASB demande depuis longtemps la suppression, comporte également des désavantages.

Les résultats de l’étude ne sont pour l’essentiel pas influencés par les évolutions du marché à court terme telles qu’elles se manifestent actuellement dans le domaine des taux d'intérêt et monétaire. La position de la place bancaire suisse en tant que centre professionnel offrant, au plan local et international, d’excellentes prestations bancaires innovantes, adaptées aux besoins des clients et discrètes, peut et doit être renforcée encore à l’avenir.

Communication aux médias

Elle sera présentée en détail à l’occasion d’une conférence de presse qui se tient aujourd’hui à 10 heures à l’hôtel Widder, à Zurich.