Navigation

Message

Défendre la compétitivité de la place financière – développer l’accès au marché – améliorer le processus réglementaire – promouvoir l’innovation.

Bâle, 17 Septembre 2015 Les banques jouent leur rôle auprès de la clientèle privée et des entreprises ainsi qu’au sein de l’économie suisse dans son ensemble. Elles évoluent toutefois dans un environnement extrêmement difficile. Afin de préserver la compétitivité de la place financière suisse, les banques, les milieux politiques et les autorités doivent créer ensemble des conditions-cadres optimales et, en particulier, appliquer sans attendre les recommandations du groupe d’experts Brunetti.

Les statistiques récentes concernant la place financière montrent sa capacité de performance:

  • Le secteur bancaire procure un emploi stable à quelque 165 000 personnes en Suisse, soit presque l’équivalent de la population de la ville de Bâle ou de celles, cumulées, de Lausanne et Fribourg.
  • Les banques forment plus de 3 600 apprentis, ce qui représente 8,4% de toutes les places d’apprentissage de commerce – pratiquement aucune autre branche ne fait mieux.
  • Les banques génèrent 6% de la création de valeur du pays, soit environ CHF 35 milliards.
  • Sur la totalité des impôts payés en Suisse, 8% proviennent des banques.
    Cela représente environ CHF 11 milliards.

Patrick Odier, Président de l’Association suisse des banquiers (ASB), évoque le rôle des banques en ces termes: «Ces dernières années, nous avons eu tendance à oublier l’importance de la place financière. Elle est à l’économie suisse ce que l’oxygène est au corps humain: une condition d’existence.» Les banques sont largement en mesure de préserver et développer elles-mêmes leur compétitivité, leur diversité et leur performance en valorisant leurs atouts et en restant innovantes. Mais pour pouvoir contribuer durablement à la prospérité de la Suisse, le secteur bancaire attend des milieux politiques et des autorités qu’ils lui apportent l’appui urgent dont il a besoin en mettant en place des conditions-cadres optimales aux plans juridique, fiscal et réglementaire.

Normes internationales: ni plus, ni moins

Les banques en Suisse comptent toujours parmi les plus solides au monde; elles le doivent notamment à une réglementation too big to fail précoce et appliquée de manière systématique. En acceptant et en mettant en œuvre avec rigueur des normes internationales comme l’échange automatique de renseignements (EAR), elles contribuent à la sécurité juridique. Mais elles demandent avec insistance que les autres places financières respectent elles aussi les normes internationales en matière fiscale. Pour pratiquer l’EAR avec un autre pays, le critère majeur à remplir selon elles est que d’autres places financières aient conclu un accord sur l’EAR avec ce pays. Des solutions justes en matière de régularisation des situations héritées du passé, un potentiel d’amélioration de l’accès au marché, tels sont notamment les autres critères. Par ailleurs, les banques exigent l’abandon de toutes les obligations de diligence étendues («stratégie dite de l’argent propre») qui vont au-delà des normes internationales et ne sont comprises ni par les autres pays, ni par les clients.

L’accès au marché doit être amélioré

Le groupe d’experts chargé du développement de la stratégie en matière de marchés financiers ou groupe Brunetti a formulé des recommandations importantes en vue d’améliorer la compétitivité. Il s’agit à présent de les mettre en pratique rapidement et avec détermination. A court terme, des négociations bilatérales doivent être menées dans les meilleurs délais avec les principaux pays de l’UE afin d’améliorer l’accès au marché européen. A plus long terme, un accord sur les prestations de services (financiers) à l’échelon de l’UE est incontournable. La Suisse doit s’engager en parallèle à parvenir à des améliorations en ce qui concerne la reconnaissance de l’équivalence dans les dossiers techniques et la différenciation à l’échelon national. Patrick Odier précise: «Une partie non négligeable de la substance des banques pourrait quitter la Suisse si la question européenne n’est pas résolue. Cette question est sans aucun doute parmi les plus importantes pour les années à venir.» L’ASB considère qu’il est primordial de mettre en œuvre l’initiative contre l’immigration de masse tout en préservant les accords bilatéraux ainsi que de résoudre les questions institutionnelles.

Un processus réglementaire pertinent et efficace

La mise en place d’un processus réglementaire pertinent et efficace constitue un autre élément important. Il convient de ne réglementer qu’en cas de besoin et lorsque le rapport coûts/bénéfices est raisonnable, en procédant à des contrôles réguliers. La réglementation doit être adaptée, transparente, efficace et élaborée en concertation avec les intéressés; lorsque cela s’avère judicieux, il convient d’opter pour l’autoréglementation. Un concept normatif précoce serait source de transparence pour les intéressés. Il faudrait en outre confier le contrôle de la réglementation des marchés financiers à un organe indépendant, qui veillerait au respect des principes réglementaires.

La place financière reste innovante

Les banques s’efforcent en permanence de préserver leur compétitivité. Diverses mesures comme le renforcement de l’Asset Management, la mise en place d’un hub pour le renminbi et la promotion de conditions-cadres optimales pour un écosystème numérique ont permis de réaliser des avancées notables l’année dernière. Comme le souligne Patrick Odier, «la compétitivité suppose non seulement l’existence de conditions-cadres attractives mais également le développement de nouveaux métiers. Il est crucial de développer les moteurs de croissance de demain.»

Nouveaux membres du Conseil d’administration

Cette année, trois nouveaux membres du Conseil d’administration sont soumis au vote de l’Assemblée générale: Dr Patrik Gisel, Président de la Direction de Raiffeisen Suisse à compter du 1er octobre 2015, Yves Mirabaud, Associé senior de Mirabaud SCA et Président du Conseil d’administration de Mirabaud & Cie SA, ainsi que Jacques de Saussure, Associé senior de Pictet & Cie Group SCA et Président du Conseil d’administration de Banque Pictet & Cie SA.

#vote4finance

Dans une situation où le soutien de la plus haute instance politique est absolument indispensable, une année électorale est à la fois un défi et une opportunité. Dans le cadre de sa campagne #vote4finance, l’ASB met en avant les candidates et candidats aux élections fédérales 2015 qui s’engagent en faveur des banques et de leurs enjeux. Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site www.swissbanking.org/vote4finance.

Journée des banquiers

La Journée des banquiers est l’Assemblée générale annuelle de l’ASB et constitue un des temps forts de l’année bancaire dans le pays. L’édition 2015 de cet événement se tient aujourd’hui à Zurich. Outre l’allocution de Patrick Odier, Président de l’ASB, le Conseiller fédéral Johann N. Schneider-Ammann, Chef du Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR), transmettra le message du Conseil fédéral. La Journée des banquiers 2015 accorde une large place à Fintech. La table ronde sur ce thème sera diffusée en direct sur www.periscope.tv à partir de 17h55 environ. La Journée des banquiers est aussi l’occasion de distinguer les nouveaux diplômés d’un apprentissage bancaire ayant obtenu les meilleures notes en entreprise.

Les échanges entre personnalités issues du monde bancaire, politique et industriel seront au cœur de cet événement organisé à Zurich. Sont également conviés des ambassadrices et des ambassadeurs, qui confèreront un rayonnement international à cette manifestation. Quelque 450 participants sont attendus.

 

Swiss Banking@Niuws

L’ASB dispose dorénavant d’une box sur l’application Niuws: une équipe spécifique du Secrétariat de l’ASB propose chaque jour une sélection d’informations sur l’actualité générale de la place financière ainsi que sur des questions d’ordre politique et réglementaire. Niuws est téléchargeable gratuitement via iTunes Store et Google Play Store ou consultable sur www.niu.ws/swissbanking.