Navigation

Message

Baromètre bancaire 2020

Bâle, 29 Septembre 2020 Les banques sont un pilier de l’économie, y compris en temps de crise
  • En 2019, le résultat consolidé des banques s’est inscrit en hausse de 1,1 % par rapport à 2018, à CHF 66,1 milliards.
  • Le bénéfice brut généré par l’activité bancaire a augmenté de CHF 1,0 milliard pour s’établir à CHF 23,2 milliards. C’est une progression de 4,5 %.
  • Les actifs sous gestion ont augmenté de 13,8 % à CHF 7 893,4 milliards.
  • Avec une part de marché d’environ 25 %, la Suisse est leader mondial dans le domaine de la gestion de fortune transfrontalière pour les clients privés.
  • Le Corporate Banking contribue de manière substantielle à la productivité de l’économie suisse, comme nous en avons eu la démonstration lors de la pandémie de COVID-19.

 

En 2019, le résultat consolidé des banques s’est inscrit en hausse de 1,1 % par rapport à 2018, à CHF 66,1 milliards. Le bénéfice brut généré par l’activité bancaire a augmenté de CHF 1,0 milliard, soit 4,5 %, pour s’établir à CHF 23,2 milliards. Les actifs sous gestion ont augmenté quant à eux de 13,8 % à CHF 7 893,4 milliards. Les banques sont un pilier important de l’économie suisse et, dans la période de crise que nous connaissons, elles ont pu démontrer leur efficacité. «Ces derniers mois, dans le cadre de la pandémie de COVID-19, nous avons vu à quel point l’approvisionnement en crédits par les banques était important pour notre place économique», rappelle August Benz, Vice-CEO de l’Association suisse des banquiers (ASB) et Responsable Private Banking & Asset Management.

Des banques de plus en plus performantes

A fin 2019, on comptait en Suisse 246 banques, soit deux de moins que l’année précédente. Le bénéfice brut généré par l’activité bancaire a augmenté de CHF 1,0 milliard sur l’année pour s’établir à CHF 23,2 milliards. Le total des bilans s’est inscrit en hausse de 2,9 % à CHF 3 317,6 milliards. Les opérations de crédit sont restées un moteur pour l’économie suisse en 2019. La croissance de l’encours de crédit hypothécaire national a légèrement ralenti pour s’établir à 3,2 %, contre 3,6 % en 2018. Les actifs sous gestion ont augmenté de 13,8 % à CHF 7 893,4 milliards, grâce notamment à l’évolution favorable des marchés d’actions. Dans le domaine de la gestion de fortune transfrontalière pour les clients privés, la Suisse est leader mondial avec une part de marché d’environ 25 %.

Près de 90 000 employé-e-s dans les établissements bancaires

A fin 2019, les banques en Suisse employaient 89 531 personnes (en équivalents plein temps, sur le territoire national), soit 1,2 % de moins qu’à fin 2018. Ce léger recul s’explique en particulier par les progrès de la numérisation ainsi que par les externalisations vers des entreprises non prises en compte dans les statistiques bancaires. Au premier semestre 2020 toutefois, selon l’enquête annuelle de l’ASB, les effectifs ont affiché un petit rebond dans les banques en Suisse. Environ trois quarts des établissements interrogés anticipent une situation inchangée de l’emploi au second semestre 2020.

Si le Baromètre bancaire 2020 examine de près le Wealth Management et l’Investment Management, il consacre aussi un chapitre spécial au Corporate Banking. Les opérations avec la clientèle Entreprises, en particulier, focalisent l’attention du public depuis que la crise liée au coronavirus a éclaté. A fin juillet 2020, le volume des crédits octroyés dans le cadre du programme de crédits aux PME s’établissait au total à CHF 16,8 milliards. Le Corporate Banking s’est ainsi imposé comme un pilier porteur sur lequel les entreprises peuvent compter.

En 2019, les actifs privés sous gestion dans les banques en Suisse s’élevaient au total à quelque CHF 3 700 milliards, dont CHF 2 300 milliards provenant des activités transfrontalières. Dans le contexte d’incertitude croissante lié aux conflits géopolitiques et économiques, mais aussi de la pandémie de COVID-19, les offres des banques en Suisse restent attrayantes y compris pour la clientèle étrangère.

La compétitivité en ligne de mire

Les banques en Suisse sont confrontées à de nombreux défis. Afin d’assurer la compétitivité de la place financière, il leur faut des conditions-cadres fiables: «il importe pour l’avenir que la Suisse dispose de l’accès au marché de l’UE, d’une politique économique pragmatique dans la lutte contre la pandémie de COVID-19 ainsi que de solutions proches du marché dans le domaine des placements durables», affirme Martin Hess, économiste en chef à l’ASB.

A propos du Baromètre bancaire 

Publié chaque année, le Baromètre bancaire de l’ASB donne un aperçu synthétique des chiffres clés et des principales évolutions de la place bancaire suisse. Il s’appuie sur les statistiques de la Banque nationale suisse (BNS) ainsi que sur les résultats d’enquêtes effectuées auprès des établissements membres. Il sera présenté au public aujourd’hui à 10h30 à Zurich. Vous trouverez le présent communiqué de presse, le Baromètre bancaire 2020, la présentation d’August Benz, Martin Hess et Thomas Rühl ainsi que divers «faits et chiffres» sur notre site Internet, à l’adresse

A propos de l’Association suisse des banquiers (ASB)

En tant qu’association faîtière du secteur bancaire, l’Association suisse des banquiers (ASB) est la voix des banques. Elle s’engage en faveur de conditions-cadres optimales pour la place financière suisse, sur la scène nationale comme internationale. Elle défend les intérêts du secteur bancaire auprès des décideurs économiques et politiques, du gouvernement et des autorités de surveillance. Elle prône l’ouverture des marchés, la liberté d’entreprendre et des conditions de concurrence équitables. Elle est aussi un centre de compétences, riche de connaissances spécialisées en matière bancaire, qui se positionne résolument sur les questions pertinentes pour l’avenir. Créée à Bâle en 1912, l’ASB compte aujourd’hui environ 250 établissements membres et quelque 12 000 membres individuels.